Une citation pour les curieux :

"Merde, l'amour, le vrai, ça ne peut pas être un nœud d'angoisse dans le cœur. Jamais il n'a été serein et bien sûr, cette angoisse contenait leur échec."

_ L'anomalie, d'Hervé Le Tellier (Gallimard, p. 228).

Scories, de Bruno Pochesci, chez 1115 (2018)


La quatrième de couverture

La lueur et l’explosion. L’Événement… Ces paysages martiens, qui l’instant d’avant n’étaient que verdure et collines… Tu les as vus s’évaporer. La peur de ta vie. Cette peur animale, qui vient te rendre visite pratiquement toutes les nuits, tu ne l’as jamais oubliée… Fidèle compagne d’une vie en dents de scie… De si…

Un 25 juin d’il y a très longtemps, tu pars te balader. Respirer un peu de bon air hors de la ville, mais pas trop loin quand même. Tu as la trentaine à peine entamée, un job d’ingénieur spécialisé dans la lyophilisation et une déception amoureuse toute fraîche à digérer. Le monde t’appartient, mais tu penses sottement qu’il est en train de s’écrouler.

Et soudain, il s’écroule vraiment.

À mi chemin entre road-movie impertinent et plan séquence explosif, cette novella inédite de Bruno Pochesci va faire grincer les dents et claquer les dentiers ! Alors bouclez votre ceinture et préparez-vous à un démarrage pied au plancher, quand la machine sera lancée, plus rien ne pourra l'arrêter...

Ma chronique

C'est une novella tout feu tout flamme que propose la petite agence de voyages littéraires : un rythme haletant ponctué de vannes décapantes traine le lecteur d'un bout à l'autre du récit, dans une France pas si lointaine, en partie ravagée par une catastrophe nucléaire et qui est passée, en plein chaos, sous régime autoritaire.

Le style de Bruno Pochesci, à la fois soigné et percutant, saura arracher de nombreux sourires mais peut aussi faire lever les yeux au ciel, certaines punchlines faisant parfois appel à des expressions que l'on préfèrerait aujourd'hui laisser dans le passé.  

Aspect particulièrement intéressant : sommés d'agir en un temps extrêmement court, les protagonistes sont condamnés à l'efficacité dans chaque prise de décision. Jusqu'à la fin, tous donnent un sentiment de maitrise dans l'accomplissement de leurs objectifs. Et pourtant, l'auteur décide, après avoir installé un climax farfelu, et à quelques lignes du point final, d'en suspendre le dénouement. Un choix à la fois saisissant et déroutant, qui met en évidence la toute puissance de l'auteur sur son texte.

Le pense-bête du libraire

Genre/Fréquence : novella d'anticipation, avec une légère teinte post-apo.
Autres titres notables de cet auteur :
chez Flatland : L'Espace, le temps et au-delà (recueil de nouvelles, 2019);
- chez Rivière Blanche : Hammour (roman).
Le pitch en une phrase : François, pas loin d'être octogénaire, est arraché de son lit en pleine lui sur demande du Président de la VIe République en personne, pour une mission urgente, un périple à toute berzingue qui ne sera pas sans lui rappeler de vieux souvenirs.
Ce qui peut piquer la curiosité du client : le protagoniste principal est un grand-père ayant réchappé à une catastrophe nucléaire qui a fait basculer la France dans le chaos, et il n'a pas la langue dans sa poche.
Les atouts à mettre en avant : C'est drôle, nerveux, percutant, bien écrit.
Les éventuels freins à l'intérêt du client : Le sujet du nucléaire, qui est rebattu depuis longtemps, et le lecteur peut penser - à tort ou à raison - qu'il ne pourra pas être surpris ou convaincu par un format court.
À qui je conseillerais : à tout amateur d'anticipation et d'univers au ton post-apocalyptique (plutôt léger, ici).



Commentaires

  1. Voilà qui est tentant. Décidemment, il y a l'air d'y avoir quelques jolies pépites chez 1115. C'est un éditeur que je connais mal, il va falloir que je creuse un peu leur catalogue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis agréablement surprise par leurs textes. :)

      Supprimer
  2. Celle là, j’hésite depuis longtemps. Un jour peut être...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre mot doux...